ARTICLE

Je n’aime pas les gens, pourquoi ?

je-n'aime-pas-les-gens

Je n’aime pas les gens est une phrase que j’entends de plus en plus au sein de mes patients ou de mes proches. Bien sûr, cette affirmation semble déconcertante, enfin à première vue. Laissez moi vous parler de cette impression plus en détails dans l’article du jour juste ici. 

Nos personnalités : une vraie richesse

Nous vivons dans un monde regorgeant de personnalités uniques, chacune avec ses propres traits, ses façons de penser et ses comportements. Parfois, certains agissements ne nous conviennent pas, c’est normal. Imaginez le monde comme une fresque colorée, avec un tas de reliefs différents. Elle est si belle, si riche !

On apprend tellement des autres. Ils nous poussent à sortir de notre zone de confort et à explorer de nouveaux horizons. La multitude de nos personnalités s’affiche comme une  une vraie bouffée d’oxygène. Mais est-ce le cas pour l’ensemble des êtres humains ? Développons ce sujet passionnant ensemble. 

L’épuisement émotionnel : un motif bien souvent mis en avant

Lorsque l’on se sociabilise, nous nous retrouvons face à un tas d’émotions. Tout ceci est susceptible de nous amener vers un épuisement émotionnel. Les réactions se réclament des éléments déclencheurs de stress, d’angoisse, de douleur. Qu’il s’agisse de colère, de joie, de tristesse ou même d’énervement, il n’est pas toujours facile de jongler avec ce flot d’émois. 

Si vous vous sentez épuisé, le besoin de solitude devient alors primordial. De mon côté, me retrouver seule me ressource et me recentre sur mes émotions. 

La crainte de la négativité : une autre raison 

La négativité est un autre facteur qui nous pousse à nous éloigner de l’autre. La présence de certains individus semble aspirer notre énergie, en raison de leur propension à adopter une attitude pessimiste. 

Le pessimisme joue sur notre bien-être

En effet, côtoyer quotidiennement des personnes qui se plaignent, qui sont tristes ou qui ont une vision négative du monde épuise sur le long terme. C’est une des explications qui pousse à se replier sur soi-même et à développer une aversion pour les relations sociales. 

Le manque de tolérance et d’empathie

Il existe des situations où le manque de tolérance ou d’empathie. Cette réalité provoque bien souvent des sentiments négatifs. Encore une une raison qui mène à dire haut et fort : je n’aime pas vraiment les gens.

L’importance de comprendre pourquoi je n’aime pas les gens 

Comprendre ses propres réactions est la clé, je le dis et je le répète. En mettant le doigt sur les raisons de ce ressenti, nous travaillons en vue de trouver des solutions ou des approches afin de mieux mieux gérer nos interactions sociales. 

L’introspection est un moyen efficace de comprendre nos sentiments. Il est donc essentiel de prendre le temps de s’interroger sur les causes pour lesquelles, nous ressentons une certaine aversion envers les gens, et d’en discuter ouvertement .

A cet égard, si vous avez besoin d’aide et de vous sentir épaulé, pensez à consulter un praticien bien-être.

Les approches à adopter afin de mieux gérer cette idée  

Trouver un juste milieu entre la solitude et la sociabilité  

Tout d’abord, il est important d’identifier vos envies et vos besoins. Certaines personnes se ressourcent en étant seules, tandis que d’autres tirent de l’énergie de leurs interactions avec les autres. Comme toujours, je vous suggère de respecter vos propres limites et de maintenir un équilibre entre la solitude et la sociabilité. 

Respecter ses limites 

Respecter ses limites signifie accepter que certaines interactions se révèlent épuisantes et demandent du temps pour se ressourcer. Cela inclut le fait de passer moins de temps avec certaines personnes ou de ne participer qu’à un nombre limité de moments en compagnie d’autrui. 

Prendre soin de soi pour ne plus dire je n’aime pas les gens

Prendre le temps de se détendre, de méditer, de faire du sport, ou simplement de faire quelque chose qui nous fait plaisir réveille des ressentis sains et positifs en nous. Faire des choses positives pour soi-même contribue à la gestion des conséquences négatifs que l’on ressent vis à vis des autres.

De même, les moments pour soi vous ouvrent l’esprit et augmentent votre bien-être. En vous occupant de vous, vous réduisez le stress et lâchez la pression qu’elle soit quotidienne ou sociale.

Accepter que l’on ne peut pas plaire à tout le monde : notre réalité quotidienne

Il est important de se rappeler que l’on ne séduit pas tout le monde et c’est tant mieux. J’insiste sur cette notion. Cela ne signifie pas pour autant que l’on ne mérite pas le respect ou l’affection des autres bien au contraire. Comprendre cette vérité offre l’opportunité d’accepter que certaines personnes n’apprécient pas nos choix ou nos traits de personnalité, sans toutefois se sentir affecté. 

  • Relever les qualités plutôt que les défauts 

Bien souvent, nous nous concentrons sur les défauts de l’autre. Cette réaction provoque des malentendus. Apprendre à apprécier les qualités d’autrui change notre perception du monde, je vous le garantis ! 

  • Rechercher la compagnie de personnes positives 

S’entourer de personnes positives fait la différence dans notre perception des individus et du monde en général. 

Pour mieux vivre, apprendre à aimer les gens 

Vous l’aurez compris, ce n’est pas vraiment que vous n’aimez pas les gens mais que certaines situations se veulent compliquées et difficiles. Le fait de prendre du temps pour soi, d’apprendre à se connaître et de comprendre pourquoi ces situations ou ces personnes sont difficiles vous aiguille positivement vers une nouvelle vision de la vie. 

N’oubliez pas une chose : chacun a le droit de ressentir ses propres émotions. Aimer tout le monde est impossible

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formation Praticien TEDMI Vous êtes praticien ou vous souhaitez le devenir ?

Avec la technique TEDMI©, vous allez avoir de tels effets que votre clientèle va grandir rapidement.

Formez-vous, vous aussi, à cette approche qui a fait ses preuves :